dimanche 24 mai 2009

Le Film à Voir: Star Trek de J. J. Abrams




Avant de commencer ce billet, je dois l'avouer je ne suis pas fan de pyjamas dans l'espace. Moi je suis plutôt Robes de Chambres, néons, et paroles d'illuminés. Mais il faut l'avouer, la nouvelle mouture Star Trek s'est parée de milles feux pour m'attirer en son sein. Quelle bande-annonce alléchante! Ça tire à tout va, ça explore, bastonne, plaisante, ça saigne et ça sue, bref, ça a des couilles!







Star Trek c'est avant tout la plus iconique des séries science fiction jamais créée, un standard pour des millions de geeks, non seulement parce que les histoires sont foisonnantes, mais aussi parce que les théories scientifiques posées au grès de son univers sont toutes tirées de rapport et études scientifiques existantes. Mais si je n'adhérais pas, c'est parce qu'il faut le dire, la série Star Trek n'est pas toujours bonne, et de plus, n'est pas toujours dynamique.

Réservé à une poignée de fanas absolus, l'univers Star Trek est difficile à aborder du fait de cette longévité et du nombre important d'épisodes ennuyeux (il faut le dire). Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir tenté de séduire le spectateur.
Après quelques spin-offs (séries dérivées de l'originale) et 10 films dans les pattes, la franchise s'essoufflera même jusqu'à disparaître des petits écrans. Plus d'exploration spatiale pour les Trekkies alors que de leur côté, les Jedis font un revival hallucinant.


La question qui me tarabusque alors (t'as vu Cher Lecteur, je suis du sud!) est la suivante: Pourquoi ne pas avoir profité de la vague stellaire qui, fort du martelage constant de pubs Starwars dans les médias, reprenait un second souffle? Le public demandait du vaisseau spatial, Star Trek aurait pu tirer profit de cet engouement populaire...


"Les phasers en or qu'on aurait pu se faire, quand j'y pense..."


A mon humble avis, premièrement parce que le grand public confond les deux. On a là deux titans médiatiques avec des similitudes pour qui n'a rien vu de l'un ni de l'autre: des vaisseaux, des explosions, des extraterrestres, ça suffit au spectateur lambda pour ne pas faire la différence. Ainsi tenter de sortir quoi que ce soit de Star Trek alors que Star Wars était au ciné, c'était risquer la confusion totale pour le grand public et se saboter tout seul.


Mais aussi parce que ce qui se prépare alors est trop risqué pour le faire dans l'ombre de Starwars: Un reboot. Un scénario prévoyant un retour complet aux racines de la série, une réécriture totale des personnages, de l'univers et surtout du style. L'idée est là, il faut dépoussiérer la franchise. Et pour que les fans pur de durs soient ouverts à la proposition, il faut le préparer correctement.


Quinto en Spock, la source des débats qui fâchent les couples


On passera sur l'analyse du scénario final qui amène son lot de débat complexe et éclairés dans les communautés de fans (pour résumer: on adore ou on déteste mais le film ne laisse pas indifférent, c'est certain). Mais ce que j'aimerai vraiment souligner c'est le choix du réalisateur.




J.J. Abrams. Plus connu à la télé qu'au ciné, le bonhomme a signé la chancelante série Alias et plus récemment le petit bijou Lost (dont je ferai un petit éloge plus tard, sachez que c'est à suivre obligatoirement). Au cinéma, c'est le fade Mission Impossible 3 que l'on lui doit.


Un choix plutôt craint de la part des fans acharnés et de ceux qui savent ce que l'énergumène est capable de pondre. J.J. Abrams, c'est un peu la loterie du rendu audiovisuel, un gars qui est capable du pire comme du meilleur et dans l'inconscience la plus totale de son propre travail. Une fois sur deux, ce qu'il fait se casse la gueule. Et pourtant.

J'avais certes des inquiétudes à ce sujet, mais pas de quoi me convaincre que le film serait mauvais. Pourquoi? Parce que si Abrams ne sait pas finir ses projets, il n'est aucun doute sur le fait que ses débuts sont toujours impeccables. J.J. Abrams sait séduire un spectateur mais c'est une allumeuse. Plus loin, il sait pas faire. Et finalement, quoi de mieux pour un reboot?


Regarde moi cette tête de cochonne de réal.



Le but annoncé du film est de commencer une nouvelle ère Star Trek, accrocher un nouveau public, attiser le curiosité pour la suite, rien de plus. Et c'est amplement réussi. Cher citoyens Labouatistes, moi qui ai toujours voulu m'intéresser à Star Trek sans jamais y arriver complètement, un nouveau départ tel que celui-là est une véritable aubaine. Ce Star Trek est enfin ce qu'on essaye de me vendre depuis des lustres: une bonne tranche de découvertes, de fun et de sci-fi avec du caractère et du spectacle.



Payez vous un bon gros sac de popcorn, rameutez des potes et prenez votre place les yeux fermés. 2h de grand spectacle qui vous en envoie plein les mirettes, c'est grand, c'est épique, c'est bon.

EDIT: Quelques extraits du film histoire de se faire une idée de l'ambiance du ketru.







Related Posts with Thumbnails