mercredi 9 janvier 2008

Grindhouse: Planet Terror / Pillows, The Cushions Of Death




Franchement, ça claque les deux films du projet Grindhouse côte à côte, non?


Et oui, je fais partie des petits européens veinards qui ont eu l'insigne honneur de pouvoir assister à une projection suivie de Death Proof (Boulevard de la Mort) et Planet Terror (on va pas vous traduire quand même...) dans la même soirée, en V.O. et ça fait mal, d'ailleurs:







Whaputaincommeçadémontetarace!


Je vous avais déjà fait part de mon enthousiasme (débordant) à la sortie de Boulevard de la Mort, vous conseillant vivement d'aller mettre les pieds dans vos salles de ciné locales pour vous infliger cet exercice de style réussi. Bein preparez vous à bouger vos ptites fesses une fois de plus pour les dvds parce que Rodriguez participe et avec force.



Alors que Tarantino faisait dans l'hommage aux séries B/Z des années 70, Rodriguez, lui, prends ses sources dix ans plus tard. Musiques au synthé, castagne kung-fu, explosions immodérées et gore-plastique servis avec un large supplément "Bonasses inutiles" et un esprit "Violence Gratuite" à faire pâlir d'envie Steven Seagal, c'est un opus bien plus dynamique et défouloir que celui du maître Quentin.


La preuve, Planet Terror parle, pêle-mêle, d'expérience scientifiques, de militaires, d'ex-flic super compétents, de traumatisme de la guerre, de destin de gogo danseuse et autre stéréotypes... Du déjà revurevurevu agencé de telle manière qu'on ne peut bouder son plaisir.

C'en est d'ailleurs blasant. Et oui, figurez vous qu'il y a quelques petites années, votre hôte: je, s'est impliqué dans le premier volet d'une trilogie appelée "Pillows" (disponible légalement sur la mule, clickez sur l'affiche ci dessous et ça vous le lance tout seul, wow magie de la technologie), film de 40 minutes fait avec les moyens du bord (un budget s'élevant tout de même aux alentours des 250€ si ma mémoire est bonne). Et avec mes très chers amis M.Lafon et M.Stansfeld, nous avions alors étalé une liste de tout les stéréotypes de ce genre de film.




De l'erreur du scientifique aux gloussements pénibles de la cruche à protéger, on est même passés par les personnages secondaires mourrant pour la cause et par le générique de fin pénible et marquant à la fois.


Pillows a représenté deux ans de travail parfois douloureux, de débats houleux entre Tom et moi sur l'ambiance à ressortir, les techniques à employer et même si l'on est pas toujours d'accord sur ce qui nous plait dedans, on y trouve tellement de tout qu'au final tout le monde en est content.

Bref, parenthese "promo personelle" mis à part, Planet Terror nous pique les idées une à une mais en même temps, les sources sont les mêmes et bon, faut admettre que l'essai est amplement réussi.

Allez, parceque je suis bon prince et que certains d'entre vous n'ont pas lu la critique de Boulevard de la Mort, je vous mets un petit lien sur l'affiche du film...y a plus qu'à clicker...branleurs...je vous jure...


vendredi 4 janvier 2008

Tecktonik Ta Reum

Oui, bon, on est tous d'accord, la tecktonique, c'est vraiment moche...pour preuve:




Mais il faut bien l'avouer, le mélange qui a été fait par cette danse ridicule de gominés aux pantalons slims taille basse (quelle abomination), a le mérite d'avoir creusé les décennies passées pour en synthétiser quelque chose... Malheureusement tout ce que l'on détestait: nuque longue, gomina, pulls à rayures, musique dance/electro, air concerné, déhanchements du disco et syndrome de persécution des expressions minoritaires...

Tout cela serait bien entendu sans aucun intérêt si ça ne devenait pas pour autant un mouvement populaire auquel les jeunes accolent l'étiquette "Must de la classe"...


Mais alors comment s'éclater tout en gardant un côté vintage? C'est là que Dou intervient et nous remet sur le droit chemin en nous conseillant ceci:



Faut avouer que ça, oui, ça cogne...

Prenez des leçons mes ptits jeunes, là on tiens un vrai truc chouette...

Related Posts with Thumbnails