vendredi 29 décembre 2006

Dans la publicité....

Trouvé via Emob...again.

Vibrons vibrons mes chers amis

Il est des Noëls étranges qui vous laissent un goût de morale dans l'arrière du palais. Il était environs 15 heures le 27 Décembre lorsque je trouvais mon cadeau dans un des endroits les plus saugrenus qu'il m'est été d'aller fouiner lors des fêtes du grand barbu rouge: l'entrée froide de la baraque de mon paternel.

Parceque voilà la vérité mes chers citoyens Labouatistes désespéres (je déduis que vous êtes désesperés parceque pour venir lire mon blog en pleine période de fêtes, c'est que vous avez vraiment rien d'autre à foutre), j'ai passé des fêtes relativement maigres si l'on compte le poid en victuailles pête-foie qui sont passées dans ma grande bouche. Et honnêtement, quoi que vous en pensiez je ne suis pas à plaindre, non mes chers amis. Bon, venons-en au fait, parcequ'à part vous rabaisser en vous éclaboussant de la joie que m'a procuré mon expérience minable je ne fait pas grand chose là.

Bref, me voilà donc le 27 décembre, touché par la grâce de Noël avant même que je ne m'en rende compte. J'arrive donc chez mon père dans le froid et la hâte d'ouvrir des cartons. Mes cartons. Pas des cadeaux non, mais des cartons dont ma mère s'est débarassée là lors de son dernier déménagement, avec pas mal de choses qui me seraient utiles. Car il faut savoir mes lecteurs adorés, que dans mon Perpignan d'adoption, je vis dans des conditions misérables que j'ai peine à améliorer tellement je m'y suis habitué. Pas de meuble, juste un ordi sur un bureau connecté au net, le vrai nerd en somme (oui, j'ai aussi des posters de la trilogie originale de Star Wars et d'autres de Spider-man et de Sin City, sauvez-moi).

Argh, j'arriverais jamais à créer mon effet alors tant pis, bein voilà je suis content. Mon Noël à moi a été de retrouver tout ce qui a fait ma vie de 16 à 21 ans dans un tas de cartons entassés. Imaginez, pour une fois depuis bien trois ou quatre ans je me suis senti tout gosse à déballer des cadeaux que je connaissait déjà par coeur, des cadeaux qui, en fait, n'en formaient qu'un seul: la preuve tangible que je ne suis pas qu'un nomade et que j'ai un vécu. Sous mes yeux ébahis je m'offrais à nouveau les présents de ma première réelle amoureuse et amante, la trottinette que je m'étais payé à Toulouse parceque j'en avais marre de rentrer à pied seul, les premiers scripts rédigés avec Thomas lors de mes nuits à l'internat du lycée, les tas de Ciné Live et autres revues que j'ai collectionnées comme pour exorciser le fait que j'allais un jour disparaître sans laisser de trace, mes tableaux, mes pinceaux, mes toiles vierges.

Excité comme une puce, j'ai fouiné dans mes cartons toute l'après-midi durant, avec à chaque déballage, l'envie de retrouver un truc de plus qui me rafraichirait la mémoire. "Tiens mon ballon de mes trois ans". Un vieux ballon tout flétri par le temps, un ballon à pois qui rebondissait sur la terrasse de cette même vieille maison toute mon enfance et qui connu ses premières échappées dangeureuses dans les rues encore joyeuses de Castres.

Voilà mon Noël, tout simple. A l'époque où les magasins nous vendent tout un tas de bidules inutiles et où la naissance du Christ est un simple prétexte à se gaver de dinde déguisée en cholestérol, moi je replonge la tête dans ce que je suis. Et ça, aucun gars encravaté avec une vue sur mon pouvoir d'achat pourrait me l'offrir. Retrouver comme par enchantement ce que l'on est, se souvenir de parcelles de sa vie et voir le chemin parcouru lorsqu'on a l'impression depuis trop longtemps de stagner au point mort, ça c'est un vrai cadeau.

Mon Noël n'aura pas été quantifiable cette année et tant mieux. D'ici peu j'aurais vu nombre des gens que j'aime et ça m'aura amplement comblé.

Bonnes fêtes à vous mes chers citoyens Labouatistes!

vendredi 22 décembre 2006

"Ow ow ow"


Et à dans quelques jours, citoyens Labouatistes!

mercredi 13 décembre 2006

Pour Nanock


T'as interêt à assurer parceque y'en a une qui commence à crever de faim là...

mardi 12 décembre 2006

Cher Papa Noël

Ma liste sera courte, en plus des conneries habituelles (genre une vie peinarde itou itou) voilà ce que je veux:


Et vu que je suis pas difficile, j'accepte ceux qui viennent du Apple Refurb (à condition quand même qu'ils aient un Superdrive, faut pas déconner non plus).

Voilà, t'es au jus, maintenant au boulôt mon gros.

samedi 9 décembre 2006

Lou!

lundi 4 décembre 2006

Jeté sur le papier

Quelques pensées dans le train, posées à l'arrache...

9h38, le 30 Novembre 2006

Les objets dans le miroir sont plus proches qu’ils n’y paraissent. Où est mon miroir ? Si c’est une image et qu’elle me reflète, alors peut-être est-ce mon œuvre, au sens large du terme. Ce que je produis, ce que je fais, est peut-être plus proche de mon moi que ne l’est mon simple fait d’être.

Avec mes amis, nous pensons qu’avant tout, être et faire n’ont pratiquement pas de différence : nous sommes à travers l’action. Voilà une philosophie simpliste mais diaboliquement efficace pour éviter la dépression. Voilà pourquoi, tous à notre manière, nous nous octroyons le titre d’aspirants artistes.

Avec son propre langage, l’artiste s’inscrit avant tout dans le monde de par ses œuvres. Il réécrit ses codes d’existence en passant la réalité à travers son filtre personnel.

Dans ce cas, me direz vous, que différencie l’artiste d’un dictateur ? Leur domaine d’action. Le dictateur a une emprise sur la réalité qui est imposée au monde, l’artiste tient plus du « divertissant », du « penseur » à la limite. Il propose une nouvelle vision, il n’impose pas aux autres.

Et voilà donc ma schizophrénie soulignée, si ce que je produis est plus proche de ma réalité, aussi fictionnel et fantasque que cela soit, comment ne pas pêter les plombs en vivant alors une sorte de double vie : d’un côté mon univers personnel matérialisé et dans lequel j’évolue, de l’autre la réalité de tout un chacun. Faut il, à la manière d’un Dali ou d’un Lovecraft, tomber dans une aliénation de la personnalité par l’œuvre pour être réellement accompli ? Ou dois-je plier mes œuvres à la réalité et tenter de trouver de nouveaux moyens d’être artiste ?

Plus concrètement, de la réalité commune à ma conception de la réalité, laquelle dois-je privilégier ?

Me concernant, même si j’ai l’habitude, depuis gosse et par amour du récit, de romancer chacun des évènements me concernant, je n’en reste pas moins très conscient et lucide sur ce qu’il se passe. A priori, mes perceptions n’ont pas l’air aussi aveugles et claustrophobes que je pourrais le penser, puisque même ce que je romance trouve une suite de réalité tangible et commune. Ou alors je suis un sacré manipulateur, ce qui reste possible.

Mais fermons la parenthèse, ce qui m’inquiète, sachant tout cela, c’est que si mes œuvres reflètent ma réalité alors qu’est-ce qui pourrait m’empêcher de croire que ma vie n’est pas scénarisée du début à la fin ? Puisque chaque passage de ma vie contient les codes d’un scénario académique, de la pose de la problématique au « climax » jusqu’à la résolution, bonne ou mauvaise ; comment penser que ma vie ne peut-être le divertissement de quelqu’un, peut-être moi-même ?

C’est une question qui me hante depuis que je connais l’idée du « destin ». Je reste persuadé que rien n’est dû au hasard, que toute œuvre a ses conséquences, mais que nos actes s’inscrivent aussi dans une cause générale, globale. Selon moi notre marge d’action et de décision est faible et si nous allons contre un seul des paramètres de ce scénario pré-établi, nous mettons en branle tout un minutage précis. Cela ne veut pas pour autant dire pour moi, qu’aller « à contre courant » ne soit pas possible, simplement plus ardu. Il est bien plus difficile d’être scénariste qu’acteur voire spectateur de sa propre vie.

J’en reviens à ma condition d’aspirant artiste ; une amie à moi me demandait récemment si être artiste impliquait obligatoirement une production « hypertrophique » du moi et bien que je l’ai confortée dans l’idée qu’elle n’avait pas forcément à faire dans l’autobiographique, au cours de la discussion j’étalais l’argument du filtre de réalité qu’elle imposerait à ses écrit quel que soit le sujet. Finalement, mon argumentation était contradictoire.

D’un côté je lui assurait que l’artiste accompli ne parlait pas que de lui puisqu’il se doit d’être ouvert au monde, de l’autre je lui disait que peu importe son implication dans son environnement elle ne le transcrirait qu’à travers ses yeux.

C’est alors qu’elle me proposa comme solution finale à la subjectivité de se mettre à la photographie. Mais tout le monde sait que même journalistique, la photographie est le plus pervers des médias subjectif (avec la vidéo).

Finalement, nous en sommes venus à la conclusion que peu importait le support ou le média, nous ne ferions que du subjectif. Même l’Histoire se réécrit, elle est toujours en mouvement parce qu’elle est relatée par des êtres de subjectivité. L’objectivité n’est disponible qu’à Dieu ou toute autre entité omnisciente et impartiale. Même une machine comme un ordinateur a un filtre personnel, qu’il soit binaire ou autre…

Donc considérant cela, le filtre personnel que j’applique à ma réalité dans mes œuvres et les résultats que j’en soutire sont sûrement bien plus proches de la réalité commune, aussi fantasques et fictionnels qu’ils soient, qu’une simple transcription scientifique des évènements et des actes.

Ma fiction est ma réalité.

Ma fiction est bien plus réelle que la réalité.

Les objets dans le miroir sont plus proches qu’ils n’y paraissent.

samedi 2 décembre 2006

Tout beau tout neuf

Et voilà, nouveau mix dans la playlist et dans l'heure, nouveau sondage, a vos souris!

vendredi 1 décembre 2006

La Playlist de Décembre arrive!

Fin des votes et deux gagnants donc: Frank Zappa et General Patton vs The X-Ecutioners.
Marrant, finalement ce sont les deux morceaux les plus barrés qui remportent le trophée.
La playlist de Janvier va donner.

Bref, dans le week-end, vous pourrez ecouter la toute nouvelle playlist que je vous ai concocté pour égayer ce long mois d'hiver (ouaiiiis, des mises à jour, youpi!)

A demain tout le monde!

mardi 28 novembre 2006

Proverbe d'actualité

"Si l'ironie était sous forme de framboise, nous aurions de quoi faire beaucoup de tartelettes"

South Park

mercredi 22 novembre 2006

Love - The Beatles (EDIT)

Allez, un blog c'est fait pour ouvrir sa bouille.

Alors quoitesque je pense du "dernier album" des Beatles? Bein pour tout vous dire j'y suis allé un peu à reculons. Pas que je soies un fanatique mais rien que l'idée d'aller reprendre les bandes originales pour tout remélanger me paraissait bordélique mais intriguant.

Bon, j'expliques un peu le truc pour ceux qui ont pas suivi.

Au jour d'aujourd'hui, deux des Fabulous Four sont dans l'autre monde (paix à leur âme) et donc il reste Paul McCartney, Ringo Starr et leur ancien producteur. Sur un coup de tête, le producteur ainsi que son fils se sont dit: " Té, tu sais quoi Gary, j'aimerais bien refaire un truc avec la zique des quatres types là, tu vois, les gars avec les coupes au bol..." Et vavavoum, c'est parti, on ressort les bobines originales, un coup d'aspirateur dessus et on fait deux trois remix dans le garage pour servir un spectacle gigantesque à Las Vegas.

Jusque là, pas de problême, l'idée pourrait être sympa, remettre un coup de neuf aux vieux sons des Beatles (que j'adore tels qu'ils sont, soit dit en passant) et leur donner une nouvelle optique. Ca s'est déjà vu avec les excellents albums, que je vous conseille, "Army of me" et "Telegram", oeuvres remixées de Björk. Pourquoi pas, donc...

Mais bon, après une écoute, ça sent l'esprit amerloque à plein nez, même si les héritiers et les deux Beatles vivants ont donné leur accord: c'est surchargé, c'est du "toujours plus, toujours plus" et ça rends la zique des Quatres Garçons Dans Le Vent indéchiffrable. Et je parles de la musique pas du principe commercial derrière.

Alors oui, effectivement, la nouveauté c'est que pour une fois on pourra entendre la trompette de "Penny Lane" sur "Strawberry Fields Forever", ouah, le grand changement. Pourtant il y avait beaucoup à faire avec ça. Oui, je sais, je vais avoir des puristes qui vont me tomber sur le rable en me disant "AAAARGH! NON MAIS CA VA PAS? On touche pas aux Beatles". Et je suis bien d'accord, mais si on le fait, autant le faire avec classe.

Là c'est juste du patchwork qui aplanit toute l'intensité des morceaux originaux en enrichissant les passages délicats et en épurant ceux qui montaient en puissance. Juste un ou deux morceau sortent du lot et voient le principe fonctionner notamment le mélange de "Within You Without You" et de "Tomorrow Never Knows" qui, grâce à la composition encore très contemporaine de "Tomorrow Never Knows" arrive effectivement à remettre un coup de fouet aux accents psychédéliques de "Within You Without You".

Si seulement l'album avait été comme ça tout du long, mais là, c'est lourd, pénible à écouter pour un fan (pour un novice, j'imagines même pas) et pire que tout, sans interêt. J'attends quand même de pouvoir mettre la main sur le mix 5.1 de l'album qui pourrait sauver un ou deux morceaux de plus...

Mais en attendant à la question "Est-ce que "Love" est un coup commercial?"; sans hésiter, je réponds "Oh que oui, et même un mauvais parcequ'il aurait pu être vraiment interressant."

Mais ne désespérons pas, d'ici 7 ans, les morceaux des Beatles entrent dans le domaine public, on va peut-être voir enfin des remixs potables et le principe initial de "Love" pourra être réellement être mis en pratique.


Edit: Allez, histoire de rire un peu quand même... clickez ici

dimanche 19 novembre 2006

Le saviez-vous?

Nieuf moins siept éguiale dieux.
Donc Dieu existe.
Erickeramzy

samedi 18 novembre 2006

De la politique sur Internet

Alors il paraît que les prochaines élections présidentielles vont se jouer aussi sur le terrain de l'internet? C'est pas moi qui l'invente, il n'y a qu'à chercher le nom d'un personnage politique sur Google pour s'apercevoir rapidement que n'importe lequel d'entre eux a désormais un blog.

Et bien mes chers compatriotes, nous y voilà! Moi aussi qui anime un blog, moi aussi citoyen de France avec une voix, permettez-moi de pouffer.

Car oui, je pouffes et me moques, et je m'explique (bien que vous me voyez venir de bien loin, j'en suis sûr).

Que croient-elles ces courgettes humaines? Que parcequ'ils se lancent dans la mouvance, on va les suivre? Là j'avoue que je dois avoir manqué un chapitre...

Ce qui m'intrigue en fait, et la question que je me pose, c'est comment vont-ils maintenir leur discours, basé sur un principe de communication unilatérale et indiscutable dans un lieu aussi mouvant et interactif que le web? Alors bien sûr je ne doutes absolument pas de la capacité d'adaptation d'un personnel politique à de multiples remise en question, mais déjà que j'en voit la majorité d'entre eux patauger dans la semoule lors d'interview télévisées où la seule source de questionnement à laquelle faire front se retrouve sous la forme d'un seul journaliste déjà orienté, je m'inquiètes.

Et si ce n'était que ça. Il semble désormais évident pour tous que le net n'appartient pas aux gouvernements (sauf cas extrêmes et on voit ce que ça donne...), cela a été éprouvé et testé sous toutes ses formes.

Les lois Davdsi? Allons bon, quel internaute avisé était vraiment d'accord? Et je ne parle pas là de liberté de piratage, je parle du principe même de la libre circulation d'information, source même de l'internet et de certaines pratiques numériques (Linux et toute autre création sous license Creative Commons). L'idée de contrôler l'information sur internet est tout à fait impossible, et le fait que le gouvernement s'y emploie avec moults efforts est parfaitement ridicule. Selon moi, c'est tout à fait révélateur d'une incompréhension totale du support qu'est le net. Plutôt que d'aller avec le courant, les gros pontes de notre législation préfèrent faire front. Je trouve ça gentiment pathétique.

C'est vrai, qu'est-ce qui les empêchaient dans ce problême de téléchargement de trouver une solution laissant libre choix aux gens de s'endetter en toute légalité? Imaginez: le gouvernement trouve le moyen d'autoriser le téléchargement sous conditions de paiement d'abonnement.. genre t'as droit à tout à condition de payer 60 euros par mois... Les gens s'énerveraient au début mais finiraient par accepter, et les profits seraient regardables sur la durée. Considérant le comportement d'un téléchargeur compulsif, c'est une idée vicieuse mais beaucoup moins aberrante que la répression ponctuelle.

M'enfin, vous voyez ce que je veux dire, de toutes façons, ces gens là n'ont aucune espèce d'idée de ce qu'est un partisan de la no-life sur internet. Et là où je pouffes, c'est quand je vois qu'ils ont l'intention, ceux là mêmes qui n'y comprennent rien, de nous servir un discours politique sur ce média là.

Mes pauvres enfants, vous vous jetez dans la gueule du loup la tête la première...et avec le sourire en plus. Le net est une fosse pleine de gens, vous savez ces personnes de la masse populaire dont vous êtes censés arranger le quotidien. Oui oui, ces trucs avec des vagues prétentions d'avenir meilleur et parfois même des idées et des discours qui se tiennent pour y arriver.

Saviez-vous, mes chers prétendants et élus de mon coeur, que certains ont même décidés sans vous attendre que vos gestions et combines ne génaient pas leur propre organisation politique parallèle? Dans certains villages des elections virtuelles se sont organisées pour court-circuiter le boui-boui politique et aller à l'efficace. On assiste déjà à des "remplacement" de gouvernements par des organisations virtuelles et il n'y a rien d'étonnant à cela, tout le social en France (ou une très grande partie) repose majoritairement sur des associations, quant à parler de l'économie, il suffit de voir comment des grosses boites comme Universal ou Virgin ont leur influence sur les décisions de la politique culturelle française pour comprendre que les jeux politiques n'ont pas beaucoup de poids sur ce point.

Qu'on ne s'y trompe pas, je ne dis pas que le système ne peut pas marcher et que "tous derrière moi, soyons pounks jusqu'au bout des ongles et tout et tout", non, je dis juste que là, à ce moment précis où je rédiges cette note, j'ai bien l'impression qu'il y a une certaine incompétence générale au sein du personnel politique que nous avons, de droite comme de gauche (comme au centre) à appréhender et comprendre la société actuelle.

J'ai l'impression que ceux qui ont l'intention de nous gouverner sont à milles lieux de comprendre ce qu'ils ont entre les mains, leur matière première: les habitants de France. Et ils passent à la fois à côté de nos défauts comme de nos qualités.

Nous sommes un fantasme d'unicité de culture et de pensée chez eux. Rien que d'accepter que l'identité française est multiple et riche dans sa diversité les fait frémir. Exemple personnel: moi qui suis métisse, je ne me sens ni concerné par les discours sur les minorités de l'extrême gauche, ni par les discours sur les majorités de l'extrême droite. Je ne suis pas non plus élitiste, parceque je ne m'en sent pas les épaules et je ne suis pas non plus populiste parceque j'ai un peu plus d'estime de ce que je suis que ça. Je suis pas particulièrement riche, mais je suis pas non plus terriblement pauvre...Bref, j'ai toujours mon cul français, mais bombé à l'africaine du nord, entre deux chaises.

Par contre, un seul endroit où tout ceci n'a aucune espèce d'importance, c'est bien le net. Et ici, tout s'aplatit, qu'on soit riche, pauvre, étudiant, homme politique, black, ou roux, si on n'a pas d'idée ni d'interêt, ça se voit au premier coup d'oeil. Et j'ai bien peur pour eux, hommes et femmes politiques que le retour de bâton soit violent.

Au mieux, je pense que leurs efforts n'auront aucun écho sur ce terrain, au pire, cela confirmera à tous qu'ils sont dépassé par ce média là et par là même, par leur capacité à gérer les gens sur un autre terrain que leur raison sociale ou culturelle... Après je peut me tromper, mais sincèrement, je pense que tout ça n'est qu'une vaine tentative de renouer avec le peuple parcequ'elle part selon moi avec beaucoup de certitude et de maladresse.

En tout cas, je reste bon joueur et je leur souhaite bonne chance pour aller me convaincre par ce média là, tout le monde sait que le net n'est pas une source fiable d'information et que tout y est mouvant, le web est bien pire que les journaux sur ce point, c'est le peuple qui y fait la loi, pas une ligne éditoriale prévisible...

vendredi 10 novembre 2006

Deuxième Tour!

Les élections ne rencontrent pas franchement un grand succès, j'en suis un peu triste (8 votes pour une bonne centaines de visites, c'est dommage quand même) mais voilà * roulement de tambours* on continue avec la deuxième moitié de la playlist, et ce pour une semaine...

Pour ceux qui n'auraient pas vu où voter, c'est sur la page d'accueil juste avant la ClusterMap.

A vos souris!

mercredi 8 novembre 2006

lundi 6 novembre 2006

Nénette violette!


Merci à David Bowie pour m'avoir fourni les couleurs...(quand même, il est sympa ce David)

dimanche 5 novembre 2006

jeudi 2 novembre 2006

Un bonne prise de conscience dans ta tronche...

Trouvé via le site d'eMob, voici une petite application flash qui vous permettra, d'après un questionnaire en 15 étapes (assez court finalement) d'évaluer le nombre de planêtes dont on aurait besoin si tout le monde vivait comme vous.

Clickez ici pour votre prise de conscience rapide et efficace...

Pour certains ça peut monter jusqu'à 5 planêtes!!

Moi j'en suis à 1 planête et demi et j'en suis déjà horrifié...
Imaginez vous un moment, ca se compte en planêtes supplémentaires, il faudrait une demi planête de plus pour que tout le monde puisse avoir mon train de vie!

Mettez vos votes dans Labouata

L'urne de Labouata est ouverte!

Désormais vous pouvez voter pour vos morceaux préférés, si celui que vous affectionnez particulièrement n'est pas dans les dix premiers, pas de soucis, d'ici une semaine, j'éditerais le sondage pour voir vos préférences sur les six suivants...

D'ailleurs, le sondage vous permets de voter pour plusieurs morceaux à la fois.

Au final, n'hésitez pas, la playlist évoluera (dès Janvier) selon vos souhaits aussi!

Allez citoyens Labouatistes, à vos urnes!

lundi 30 octobre 2006

Histoire Vraie


Petit strip qui fait désormais partie du Loveconcours organisé par Miss Gally et son Amoureux.

Fan Art pour Maliki

dimanche 29 octobre 2006

Kikoo!!!! Un pas de plus vers le skyblog lol :) !!

Ah, révélations et lever de mystère, Pico se dévoile un peu plus chaque jour...

Pour faire comme Amiante sur "Déflagration d'Ego", je récupère le questionnaire et prends le relai, en attendant de poster une image faite aujourd'hui:



1) Attrapez le livre le plus proche, allez à la page 18 et écrivez la 4ème ligne :

"-Parce que... Il y en a beaucoup?" Breat Easton Ellis, Glamorama.

2) Sans vérifier, quelle heure est-il ?

16 h par là...

3) Vérifiez :

15h45. Mon horloge biologique avance un peu...

4) Que portez-vous ?

Jean troué à l'usure et un haut merdeux. Un truc à carreaux et col Mao.

5) Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ?

Le blog d'Amiante.

6) Quel bruit entendez-vous à part celui de l'ordinateur ?

Ombre, ma chatte qui monte et descend de la fenêtre: Bom, fioup, bom, fioup, mrrrrew, bom, fioup...

7) Quand êtes-vous sorti la dernière fois, qu'avez-vous fait ?

Des courses ce matin. En même temps c'est à 5 minutes de chez moi...

8) Avez-vous rêvé cette nuit ?

Sûrement, mais j'en ai aucun souvenir. Par contre, le dernier dont j'ai souvenir était balèze. J'étais avec Miss Isa et je devais refaire la plaquette d'un resto/boucherie chevaline Les gars voulaient qu'on refasse leur logo. Je me souviens pas du nom du resto mais bien de leur slogan particulièrement frappant: "Ici on ponette mieux que personne".

Pour ceux que le verbe "poneter" reste pantois voilà en gros l'explication: travestir la viande de cheval en viande de poney. L'operation consiste à coller une tête de poney sur le corps d'un cheval.

Je devais faire un logo avec une tête de poney beige sur un corps de cheval brun. Les premiers essais faits sur ordi donnaient un cheval à 6 pattes avec une tête de poney séparée de quelques décimètres du corps. Après quelques tentatives, j'arrivais à faire en sorte que le cheval aie quatres pattes et une tête de poney beige posée sur son cou...

Une prochaine fois je raconterais mon rêve sur les sandwichs à la tripotte, sorte de saucisse de strasbourg de 20cm de diamètres et de 40cm de long coupées en deux et servant de pain.

9) Quand avez-vous ri la dernière fois ?

A l'instant, en écrivant mes rêves. Je suis un être à l'inconscient particulièrement stupide.

10) Qu'y a t-il sur les murs de la pièce où vous êtes ?

Mes contrats d'illustrations, une carte postale du chat en train de dormir à la belle étoile ("les hôtels de riches ont maximum cinq étoiles, celui des pauvres en a infiniment plus"), un grand poster de la sortie du Rocky Horror Picture Show, une carte postale de moi en Dr.Baugenbraüm composée par Tomtom, les affiches de la trilogie Starwars en Edition Spéciale, des lambeaux de tapisserie à cause de mon chat.

11) Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ?

La Suisse.

12) Quel est le dernier film que vous ayez vu ?

Moulin Rouge de Baz Luhrman, revu hier soir; hystérique et carrément déjanté, mais j'aime. De plus les reprises musicales y sont souvent étonnantes, de Bowie à Marilyn Monroe en passant par Police, déroutant.

13) Avez-vous vu quelque chose d'étrange aujourd'hui ?

Vu non. Mais mon appart' commencait à ne plus sentir le chien de mon colloc', ça c'était étrange!.

14) Que pensez-vous de ce questionnaire ?

Que pensez-vous de mes réponses?

15) Dites-nous quelque chose de vous que nous ne savons pas encore :

J'aurais laissé entendre que je ne donnerais mon "trou mignon" qu'à une seule et unique personne sur cette planête: Mike Patton. Depuis mes amis Perpignanais me menacent régulièrement en disant que si je ne fait pas ce qu'ils veulent, ils se fabriqueront des masques à son effigie pour pouvoir me besogner...

16) Quel serait le prénom de votre enfant si c'était une fille ?

Neya (encore un rêve)

17) Quel serait le prénom de votre enfant si c'était un garçon ?

L'autre.

18) Avez-vous déjà pensé à vivre à l'étranger ?

Considérant l'identité territoriale particulièrement marquée des catalans du nord, je pense déjà vivre à l'étranger, d'un certain point de vue.

19) Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?

"On r'met ça?" en se frappant deux fois la poitrine avec le majeur et l'index.

20) Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ?

Mon statut social afin d'arriver directement à la question 11.

21) Aimez-vous danser ?

Oui. Le plus souvent pas longtemps et sans que cela soit programmé (dans la rue, dans ma salle de bain, dans ma cuisine en me brûlant alors que je fais un gateau). A chaque fois, en fait, que j'ai un excédant de joie.

22) Georges Bush ?

50h26

23) Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ?

Le truc de Drucker sur la 2 avec Sheila, les Pow-WOw, Kristin Scott Thomas et je sais plus qui d'ininterressant. Ce type à vraiment un don pour faire des plateaux incohérent, moches et mous...

24) Quelles sont les 4 personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ?

Y'en a pour tout le monde, démerdez-vous...

vendredi 20 octobre 2006

Labouata Playlist Novembre 2006 En ligne!



Quelques soucis (gros) techniques mais nous y voilà, nouvelle playlist avec deux morceaux qui en ont sauté pour son bon fonctionnement (on verra à les remettre plus tard).

Je vous laisse découvrir tout ça, ya que du bon...et une surprise aussi. C'est mon petit cadeau du mois à vous amis mélomanes...

Bien évidemment, vos remarques et critiques sont les bienvenues, d'ici quelques mois je pense, je mettrais un truc pour pouvoir élire le morceau préféré du mois, comme ça on verra à faire des playlists populaires ;).

Promesse

Allez, très bientôt, je met ma radio à jour... Un nouveau mix avec d'autres artistes pour le mois de Novembre. Restez connectés!

lundi 9 octobre 2006

"Le Parfum" adapté par Tom Tykwer



Intrigué par l'implication de Tom Tykwer dans ce projet (il faut dire que le bonhomme m'avait cogné en pleine poire avec son Cours Lola Cours) je me suis dit qu'il fallait quand même que je me regarde cette adaptation, au risque pour une fois, de me court-circuiter la lecture du livre.

Je n'ai donc pas lu le livre, et c'est simplement du film en lui-même dont je parlerais (et à chaud, j'en sors à peine).

Et bien je serais court mes très cher lecteurs. Le film est à voir. Je ne sais pas ce qu'il omet de l'oeuvre originale, je ne sais pas non plus ce qu'il rajoute ou complête, mais pour un regard neuf, les ambiances, les tensions, les pensées d'un personnages aussi muet que Jean-Baptiste Grenouille et surtout les odeurs se ressentent.


Les lecteurs seront peut-être frustrés de ne pas retrouver les structures d'un roman et donc les schémas narratifs et littéraires, en tout cas pour ce qui est du point de vue du language photographique, séquenciel et sonore, ca se tient. Tout est mis en oeuvre pour comprendre le mécanisme de pensée du personnage principal auquel d'ailleurs on s'attache très vite.

De plus c'est le genre de film qui mèle fantastique et réalisme et ça, bein j'aime.

Alors certes, Tom Tykwer est un agité de l'effet spécial et de temps en temps, il pousse juste un peu trop loin le bouchon, mais au final, si le film n'est pas parfait, il n'en reste pas moins bien au dessus de ce que Telerama, Chronic'Art et TeleCineObs ont bavés, notamment grâce au casting discret mais très efficace qui est mis en oeuvre.

Bref, moi en tout cas, ça m'a motivé pour m'acheter le livre et compléter mon point de vue, finalement, j'aurais ptet' pas dû voir le film avant...bah, tant pis, c'est pas la meme expérience de toute façon...

samedi 7 octobre 2006

Le Stupeflip CROU ne mourra jamais!!!!


Que ce soit clair, j'emmerde ceux qui pensent que Stupeflip c'est de la merde. Mais je le fait avec des arguments...

En écrivant à Mlle Maliki pour lui demander un truc sur ce groupe, je me suis dit que je chercherait bien quelques news d'eux.

Et en fouillant sur Google, j'ai été renvoyé vers un topic "Stupeflip" sur le forum officiel des Svinkels. Croyez le ou non, ça y crache à tout va sur ce groupe, parfois avec des arguments des plus douteux, souvents complétés par un "j'ai pas écouté mais c'est nul à chier". Les auditeurs du Svink', plus que d'être parfois décérébrés, n'ont donc aucun humour ou second degré? Aucun recul sur les messages, sur les ambiances créées?

Alors à toi auditeur bouché du Svinkels ou de tout autre groupe second degré subversif, toi qui est passé à côté du Stupeflip, je t'écris ces lignes didactiques mais un brin violentes...

Si ton évaluation musicale s'arrête à un "t'es un vendu" ou "t'es un branleur" je suis désolé de te l'apprendre, mais tu pars sur de mauvaises bases. Quand on prend cette échelle là pour juger de la zique on peut aller mourir. V'là les rebelles d'aujourd'hui. Pas mieux qu'un de ces Jeunes Communistes comme argumentaire: "whé les gens dans les rangs sont nuls, rejoignez nous, ensemble nous sortirons tous du rang, tous derrière le poing levé!!!" (vous y voyez pas comme un énorme paradoxe dans la démarche?)

Merde! Le Stup ça vous jette un de ces froid, un malaise et des sonorités bien cradingues, justement tout le boulôt du Stup c'est d'arriver à synthétiser le bordel qu'on ressent en France et en pondre deux disques de 60 minutes intemporels, pleins de violence aussi gratuite que celle qu'on subit pourtant tout les jours en trouvant ça normal.

Le Stup', c'est un groupe de punk, au sens pur du terme, pas un groupe de tafioles éthérées qui crachent sur les hommes politiques. Eux s'en prennent à la source, à nous, citoyens merdeux sans conscience, ils nous font remonter à la gorge tout ce qu'on trouve normal, tout ce qui nous est acquis et qui fout la merde partout. Les albums du Stup c'est des bombes à retardement.

Même Pop-Hip, leur vilain petit canard n'arrive pas à être aussi inutile qu'eux le voudraient. C'est finalement un simple miroir de ce que les français sont aujourd'hui. Il est l'exacte allégorie de ce que disait Gustave Parking: "Tout le monde est d'accord pour critiquer la pensée unique".

Le Stup' te paraît hésitant, mal à l'aise, imparfait, et alors, qui es-tu toi pour aller prononcer un jugement? C'est justement ce que le Stup' fait passer comme message. On se fout du parfait, on se fout de l'harmonieux, la réalité est toute autre, l'essentiel n'est pas l'apparence, tu le sais mais tu ne veut pas le voir. Stupeflip c'est un "merde" aux codes sociaux, un "merde" aux punks, "merde" au rock et "merde" au hip-hop et aux autres.

Là où le groupe pêche aux yeux de certains qui n'ont rien compris à la première ère du Stup, c'est qu'il y a eu de la promo autour du groupe. Peut-être une erreur du Stupeflip, avoir signé pour une maison de disque, donc promo obligatoire...ceci dit, ce qu'ils en ont fait est à leur image. Mes pauvres humains, qu'en avez vous vu de cette promo? Lorsque "Depuis que j'fumes plus de shit" est sorti, les adeptes du Crou ricanaient en vous voyant outrés voire indiférents... Pour la plupart vous écoutiez ça sans chercher l'erreur et le Stup et ses adeptes s'en frottaient les mains, le tri se faisait de lui-même. Rien d'anodin à ce que ce soient ces morceaux là qui soient choisis pour la promo, les autres ne vous auraient pas poussés à les haïr et donc à vous y interresser. Ce qu'a fait Stupeflip ça s'appelle de la psychologie inversée.

Le Stup dérange parceque c'est une bonne bouffée de gaz à effet de serre, parceque c'est comme une relance de facture EDF, parceque c'est un coup de batte de base-ball dans la nuque des bébés phoques: ca a pas besoin d'être raffiné pour envoyer direct dans les dents, c'est ça la réalité.

Et le boulôt est là, c'est clair: créer du son brut, sans concessions, pas même celle de faire adherer l'auditeur. Le but est de le pousser à réfléchir par lui-même, pas à le caresser dans le sens du poil ("Et si ya des critiques négatives sur l'album, et bein et bein et bein c'est pas bien!") Ca crache sur les gens qui s'y interressent à moitié, ça refuse toute intrusion, c'est là, ça se fout du qu'en dira-t-on et ça dérange...

Le but n'est pas de savoir ce que c'est, ni d'où ça vient, ni comment. Le but est de se demander pourquoi et qu'est-ce qu'on va en faire vu que ça veut pas partir. Ca, Stupeflip y pousse forcément.

En ce sens, le Stupeflip CROU fait ce que tout punk, rockeur, ou hip-hopeur devrait faire depuis 10 ans: il t'emmerde et le fait bien. Voilà pourquoi je suis prêt à me sacrifier pour la religion du Stup. Voilà pourquoi, avant de critiquer de façon déconstructive, tu ferais mieux à l'approche d'un groupe pareil, de te demander si ta démarche en écoutant ce truc est claire.

DEMANDE TOI POURQUOI L'ERE DU STUP.

PS: J'aime le Svink, mais parfois ses auditeurs feraient mieux de prendre un peu de plomb dans la cervelle avant de commencer à cracher sur les groupes sans en connaître les démarches, ne pas aimer le produit du boulôt, ne pas aimer la façon de l'amener, je peux comprendre, ne pas aimer le pourquoi, je crois que là on se renie soi-même lorsque l'on écoute les paroles des Svinkels à fond.

samedi 30 septembre 2006

vendredi 29 septembre 2006

Labouata Playlist est ouverte! (EDIT)

Enfin, joie, bonheur et débordements de plaisirs et découvertes sonores et musicales sur ce blog trop peu multimédia. C'est encore en bêta mais voilà ce qu'on peut trouver là dessus.

Voici donc les sélectionnés pour ce mois-ci:

Battlestar Galactica (saison 2) - Allegro
Björk - Army Of Me (Reinterpreted By Grisby)
Bubar the Cook - Glitch Chipop
Dave Brubeck - Take Five
David Bowie - Oh! You Pretty Things
Gran Popo Football Club - Men are not nice guys
Jet - Are You Gonna Be My Girl?
Les Fils de Teuhpu feat. Svinkels - La kermesse
Loco Locass - Langage-toi
Maceo Parker - I Got You ( I Feel Good )
Mr Bungle - Ars Moriendi
Peeping Tom - Mojo
Puppetmastaz - Pet sound (Platinium selecta mix)
The Who - My Generation
Truculent - Trucul
Wolfmother - Love Train
Wolfunkind - J'y vois comme Starsky, j'y vois qu'Hutch

Pour la faire fonctionner, c'est sur la page d'acceuil à droite juste avant mes liens.

Le truc va évoluer d'ici peu mais en attendant ça fonctionne!!!

Bonne écoute et à plus!

"Bein dis donc ca a été rapide". Deux morceaux rajoutés:

Queen - Bohemian Rhapsody
Stupeflip - 35 Animaux Morts

Et un ordre de lecture! Sérieux, c'était un peu le bordel, maintenant ça s'enchaine un peu mieux...

mardi 26 septembre 2006

Joyeux anniversaire!!!

Bein voilà, il me démangeait depuis ce matin je peux enfin le poster puisque tu l'as reçu!


Voilà une illustration pour le perso de Mlle Koz Kirath. Si vous n'êtes pas encore allé sur son blog, je vous le conseille vivement. Voilà un journal de bord d'une campagne de JDR (Jeu De Rôle, bande d'ignares, encore....) très détaillé, passionnant et bien drôle aussi.


Bisoux ma grande et à bientôt!

Mathias By Night!


vendredi 22 septembre 2006

Matias!

Trois planche de plus:





Et un petit bonus!

mercredi 20 septembre 2006

Le Space Opera ne restera pas Funky!

Aaaah bein oui ça alors!

Non mais, depuis le temps j'ai oublié de vous parler d'une série magnifique qui n'est pas encore popagée au grand public Français (si ce n'est en coffret DVD horriblement inaccessible):


Alors forcément, pour certains ça rappelle méchamment cette série stupide, old school, très kitschouille et méchamment calée dans la vague Star Warsienne au rabais. Ce truc avec des robots (gars en costume "funky" se faisant passer pour des intelligence artificielle) et des types en fourrure leur tirant dessus dans des couloirs en carton.

Ca, en fait:



Mais la série a fait du chemin. Aujourd'hui on est plutôt dans ce style là:



Bon, petit retour en arrière (petit, partez pas, ça sera pas chiant, promis).

A la sortie de Star Wars au cinéma (le premier, 1977 bande d'incultes juvéniles), les studios télés se disent: "Wha! Sa mère comment ça tabasse sa race! J'veux le même truc qui claque pour ma chaîne! Voyons voir si un clampin m'a déjà proposé un scénar' irréalisable du genre...où est ma corbeille à papier?". Et effectivement, un clampin a rédigé un scénar de science-fiction pour une série qu'on pourrait tirer vers du StarWars pas cher.

Oki, l'auteur vient, on lui demande son avis, scénar': les humains se voient balayés par une intelligence artificielle qu'ils ont créés 50 ans auparavent et qu'ils avaient boutés hors de leurs colonies. Les robots donc, reviennent et sont pas très content parcequ'on les considère comme des machines, et pas comme des personnes. Bref, les humains survivants aux attaques décident donc de repartir vers une planète mythique et oubliée de tous, la Terre.

Jusque là tout va bien. Mais les studios font un truc du genre : "Wéwé. Mais c'est fabuleux tout ça! Allez dégage, on travaille". L'auteur sort donc de la salle avec le poing rageur sous l'indifférence générale. Qu'on se penche un peu sur lui et on peut l'entendre bougonner: "mouhaha pauvres fous, viendra un jour où je me vengerai, je vous foutrai une branlée mauvaise, gnark gnark gnark" suivi d'un long sanglot.

La série devient ce que l'on connait donc aujourd'hui.

C'est à dire ça:

Oui c'est moche. Surtout qu'au final, le scénar devient merdeux, lorgne sur Starwars sans en atteindre vraiment le fond (ni la forme).

25 ans plus tard, les chaînes télés fleurissent sur le cable comme la peste à Perpignan au Moyen-âge. Et vient donc une chaîne particulière, juste naissante et pourtant pleine d'idées: Sci-Fi channel. Le truc, c'est donc de diffuser tout élément de science-fiction et donner aux fanas du genre pleine satisfaction. Vu que cette chaîne reste contrôlée par des passionnés, certains ressortent du grenier l'idée originale de BattleStar Galactica.

"Ce serait génial si on refaisait la série telle que l'auteur la voulait, ça a été du gachis, on est sûr que ça ferait quelque chose de sympa". Le directeur hésite mais se dit: "Boh, c'est les mêmes jeunes cons qui regardent ma chaîne et qui la font alors bon, pourquoi pas réaliser leur fantasme. Aaah pauvres plébiciens, voici des deniers, amusez vous sur 4 épisodes si ça vous fait plaisir".

Les ptits jeunes en questions retrouvent donc l'auteur ("Mouhaha pauvres fous, je vous l'avais dit, me revoilà"), montent un remake etonnant avec trois fois rien, la mini-série sera donc le pilote de ce qui est à l'heure actuelle, une série de trois saisons étonnante, sans concessions, intelligente et spectaculaire et aussi, la pierre angulaire de la chaîne ci-dessus nommée.

Et voilà où on en est: j'en suis presque à renier Starwars pour BSG et je vous conseille fortement de vous mater ça.

Juste un conseil, n'oubliez pas que la série (saison 1) est proposée sans le pilote. Pilote considéré comme un film à part alors que toute l'histoire démarre sur ses 4 heures. N'oubliez pas donc le pilote, il est crucial!

Voilà, quelques photos pour vous mettre en bouche:




lundi 18 septembre 2006

Lettre ouverte du Docteur Pico, presque musicologue à ses heures perdues

Harmonieuses Vibrations

Un truc que je me demande depuis pas mal de temps : pourquoi la musique nous touche autant ?
En général tout le monde s'accorde à dire (ca tomber bien lol) que la musique le touche plus ou moins, qu'il l'adore ou qu'il l'apprécie simplement, voire déteste, le dérange etc ...
Pourquoi ?.. oui, comment ca se fait que la multitude de vibrations sonores qui nous parvient aux oreilles nous parait harmonieuse et si délicieuse (je ne parle pas du cas ou c'ets affreux et complètement inaudible, là c pas de la musique, ca s'apelle du bruit :p)
Dans pas mal de domaine je trouve que les goûts et sensibilités sont utiles (le goût pour manger, la beauté pour la séduction et la survie de l'espèce, les sensations egalement ... etc) mais la musique ?.. o_o
En tout cas je m'en fiche de pas savoir trouver la réponse (peutêtre y en a t'il une, explication ; si tel est le cas, je serais bien redevable à celui qui est au courant :) !) qu'importe l'utilité, moi ca me sert à avoir le moral, à avoir du plaisir tout simplement et à aimer la vie.. ou à "ressentir" mieux si ca ne va pas, au choix ..
Je mets de temps en temps ma radio blog à jour, avec mes chansons coup de coeur, et mes listes de lectures d'ici aussi (cf la liste sur le coté de ce blog), je bouge des trucs, j'en ajoute etc ... mes ptites passions du moments, mes grandes de longtemps, ou pour longtemps. Mes chansons préférées et mes artistes préférés ont droit à leur liste individuelle, sinon je mets le reste dans la liste "Divers", à laquelle il faudrait peutêtre donner un nom plus attrayant car pas moins intéressante non plus ! ^^
Ca recommence j'ai envie d'apprendre de nouveaux morceaux au piano ! Ben oui, mais je vais plus l'avoir sous la main quand je vais déménager ! tant pis ^^ j'aurais qu'à m'y mettre quand je reviendrai de temps en temps (chez mes parents).
Ah oui, j'ai repris le chant dans une chorale, les chants ont l'air beau, chouettes, intéressants, divertissants ... c'ets super ! :)
j'aime cette ambiance ou les voix s'accordent (au bout de quelques répétitions !), chantent ensemble, s'expriment, se libèrent ..
puis ca va peutêtre me redonner un peu de confiance en moi, partager ca avec les autres, travailler et passer du bon temps ensemble, organiser les concerts et tout..
ouaiy maintenant moi je dis vivement Vendredi (jour de répèt') !




Chère Mambba,

Grand musicophage que je suis, je n'ai malheureusement pas de réponse à te donner sur le pourquoi d'une sensibilité humaine à une musique. Ceci étant, j'ai quand même une anecdote interressante sur le sujet. Ou deux en fait.

La première commence tout simplement avant ma naissance. Encore dans le bidou de ma mère, je suis trimballé malgré moi dans un concert de Peter Gabriel (LE Peter). Ma mère, un peu casse-cou se dit que "bon, les sons d'un concert font pas de mal à un bout de chou (oui c'est moi alors j'en profites pour me dorer l'égo) pas encore né. De toutes façons il est encore dedans, c'est pas comme si ses tympans fragiles allaient exploser". Et le concert commence. Mon père, alors en plein dans les années 80 portait une canadienne épaisse et pour tout dire, c'est lui qui a trainé ma mère au concert (lequel était le plus inconscient, on se demande)... Alors que les basses s'amplifie, ma mère sent alors quelques douleurs dans le ventre, je cogne violemment de l'interieur. Paniquée, elle demande à mon père sa canadienne (oui, le détail était important à l'histoire). Elle pose la dite canadienne sur son ventre pour atténuer le son, le morceau se calme...pas moi. J'entends plus les sons et je retape encore plus violemment pour qu'on enlève cet obstacle à mon plaisir musical. J'étais déjà "à fond" comme on dit.

Deuxième, je ramène il y a 1 an de ça la discographie complète de Jethro Tull, Led Zeppelin, Beatles, Pink Floyd, et Raoul Petite à mon père:
-Regarde ce que j'ai découvert, c'est énorme comme zique, tu connaissais Grateful Dead aussi ? dis-je.
-Ah bein oui. Tiens, c'est marrant, c'est exactement la collection que j'avais quand t'es né. J'ai dû la vendre pour t'acheter du lait.
-Ah. (dépité le fils).
-En fait t'écoutais ça quand tu crapahutais sur la moquette du salon. Ta mère supportait d'ailleurs mal l'idée que j'écoutes ça à fond avec toi aussi petit. Elle doit être verte de te voir ramener ça maintenant, hihihi...m'enfin.
-...Mon préféré pour le moment, c'est "Wish You were here" des Pink Floyd. J'adore le morceau acoustique éponyme.
-Je te le jouais à la guitare après avoir vendu mes disques, c'est marrant.
-...mouais... .

Bref, j'ai pas d'explication mais je pense que rien n'est dû au hasard sur ce point. J'ai écouté Genesis et Peter Gabriel jusqu'à mes 10 ans (ce qui est assez étrange, normalement, Peter Gabriel c'est pas des masses accessibles aux enfants) et après des années, je suis remonté aux sources des 'ziques que j'écoutais pour retomber sur la discothèque de mon père...en la complétant aujourd'hui. La sensibilité musicale à mon avis c'est un truc qui s'éduque.

Et c'est pour ça que je pose un petit bémol à ton post. Effectivement on écoute surtout pour le plaisir mais là dedans, il y a des trucs qui s'apprennent. Avant tout une mélodie, c'est un plaisir intellectuel. Sinon effectivement ca devient "makina" et je t'envoie des ondes dans le thorax pour faire passer tes ecsta avec ta bière (ce qui peut être une expérience aussi, mais bon, ça reste super limité quand même).

Exemple typique: j'ai récemment découvert un artiste devant lequel je me prosterne et que je loue chaque jour: Mike Patton. Alors bon, oui, beaucoup le connaissent pour ses gueulantes dans Faith No More, mais le monsieur a fait du chemin. Jazz expérimental, Métal bordélique et essais vocaux. Si tu peux, trouve toi du "Fantomas". Ma première réaction, ca a été: "Non mais Flo c'est quoi ce truc, arrête moi ce bruit, c'est inaudible". Finalement il m'a prété son disque pour que je captes pourquoi lui l'écoutais en boucle en bavant. J'ai mis deux semaine avant de comprendre la zique et à l'apprécier. Là on touche du doigt une déconstruction mélodique et rythmique qui frise le walhalla. En fait tout se passe dans la rythmique installée.

Cette musique, qui en déconcerte, irrite, voire dégoute certains m'est pourtant jouissive. Et j'ai conscience que cela n'a rien à voir avec du simple plaisir mélodique. C'est carrément intellectuel. D'où mon cheminement de pensée. Si j'apprecie ça et que c'est intellectuel, c'est que le reste doit au moins l'être en partie. Si toutes la zique que j'ai aimé depuis mon enfance est témoin d'une évolution particulière de ma mentalité, c'est que cela a forcément un lien avec mon potentiel d'intellectualisation. Donc c'est de l'acquis, pas de l'inné. On apprends à aimer une zique, et elle n'a quelque chose de plaisant que si elle nous surprend sur ce point. (d'où encore une fois, mon dégout du R'n'B mielleux actuel, du rock navrant pour adolescent dépressif, où de la chanson poético-sociale bramée par un adolescent si ca se trouve lui aussi dépressif mais tellement séduisant; rien de surprenant dans les constructions rythmiques, dans les paroles ou dans le style employé).

En gros donc, je suis d'accord sur le fait que cela paraît inné, et pour cause, personne de qualifié ou de passionné pour de vrai ne nous enseigne à écouter de la musique (passons sur les clichés des profs de collège qui pensent que la musique s'arrête au mieux aux Beatles au pire à Mozart). On reste donc avec des oreilles qui pensent trouver là une source inné de plaisir. Ce qui est confirmé par nombre de gens, même des professionels du son alors qu'en fait tout est dans l'éducation, le milieu social, l'humeur, etc etc.

Si personne ne nous a appris à aimer du Mozart, où si l'on a pas eu les conditions nécessaires à son écoute, on va pas vers lui (viens vers Mozart mon amie :) ).

Docteurement vôtre,
El Pico!

samedi 19 août 2006

Spidey Time!

mardi 8 août 2006

Arggggh

'tain de sorcier de merde. Depuis 14h j'y suis sur cette illustration et hop, je termine et mon disque dur plante...5 heure de boulôts aux chiottes.

bein au moins Pico, tu sais ce que tu fais ce soir... youpi....

lundi 7 août 2006

Petit Essai


Un test des pinceaux "Huiles de l'artiste" sur Painter IX
Demain, cinq illustrations de plus pour le Roi Mathias...

mercredi 26 juillet 2006

Jump In the Line, Rock your body in time!

Pas de post aujourd'hui, je fais des lines pour avoir de la matière cette nuit, patience!
(oui, le jeu de mot avec la chanson d'Harry Belafonte est capillotracté, mais que voulez-vous...)

lundi 24 juillet 2006

Mathias Deadline -6J


La Poupée de porcelaine de Mathias voit sa tête explosée en pleine parade officielle



Celui-là m'a donné du mal, le Roi Cannibale, prêt à s'offrir en repas à Mathias...

dimanche 23 juillet 2006

Mathias Deadline -7J



Allez, deux de plus de terminées Chapitre 15, Mathias rentre triomphant de la guerre et chapitre 22, Rencontre et invitation du Prince Cannibale

Non je glandes pas!

Juré, j'ai juste trouvé un moyen de bosser plus vite... allez, preuve que je bosse:


vendredi 21 juillet 2006

Mathias Deadline -9J




Celle de la plage terminée et deux de plus. Mise à jour prévue dans la soirée avec deux planches supplémentaires minimum.

Lorsque tout sera terminé je publierai toutes les illustrations dans l'ordre...

J'ai réparé le flux rss, désolé pour ceux qui en étaient coupés!

jeudi 20 juillet 2006

Mathias, demarrage du marathon, deadline -10 Jours



Et vi, un auto portrait pour le roi au violon...bah c'est l'équivalent du cameo...

Et voilà, c'est parti. bon en même temps je suis pas perdu non plus, j'ai un tas de croquis partout et quelques illustrations déjà dans les cartons que j'ai pas publiées donc..., faut juste les finaliser...

mercredi 12 juillet 2006

Ouipe Mathias



Deux boulôts en cours

Le premier manque encore de foule en arrière plan et d'éléments sur la table, le deuxième bien évidemment n'est pas encore terminé, un boulôt sur le sable et la lumière à finir...

Oui je me suis amusé à prendre la tête de l'auteur pour le personnage du précepteur de Mathias...petit clin d'oeil.






Et: News! Le Roi Mathias a été réédité en Français avec les mêmes illustrations que l'édition précédente. A lire vite!

dimanche 2 juillet 2006

La conscience tranquille…

Ce n’est un secret pour personne, les vacances, c’est bien. Ah oui, enfin venu le temps béni où l’on peut vaquer à sa paresse, les orteils en éventail au bord d’une large étendue de flotte fraîche… Alors on se dore l’épiderme, on s’occupe de grille de Sudukul en romans de gare, on se mate, on s’attrape au camping et on regarde aussi la France foutre une branlée au Brésil.

Mais qu’en sont-ils des pauvres oubliés laissés là à nos vraies vies ? Qu’advient-il du petit Clearstream, gentil petit que l’on a substitué à un jeu de ballon sur pelouse ? Et de nos enfants de France expulsés dans des pays qui ne sont pas les leurs que l’on a substitués par de bien plus blanches pages de tests féminins ?

Et les Erections Pestilentielles 2007 avec la montée en puissance d’une gauche de droite et d’une droite d’extrême droite ?

Non mais sérieux ? Il n’y aurait pas un peu de foutage de gueule par moment ?

Mais où est-ce qu’ils sont, mes bons citoyens français remontés contre un gouvernement clownesque, ces citoyens que l’on a pu voir dans les rues en 2002 contre le pirate liberticide et ses acolytes ? Bah, faut que je m’y fasse, les vacances, c’est une grande pause pour tout le monde apparemment… Même les politiques regardent la Coupe du Monde alors forcément, pourquoi je m’inquièterai de ce qu’ils fassent passer des lois aberrantes sur l’Internet pendant que je bois mon pastis devant le Tour de France, mon côté naïf ne devrait pas me rendre aussi parano…

M’enfin, c’est vrai, faut que je sois réaliste, de toutes façons, si les Français, après 10 ans (10 ans, vous imaginez…) de mensonges éhontés, de promesses faussées et de grands sourires hypocrites, sont toujours prêts à laisser sans surveillance leur pays aux mains de ces tarés pendant deux mois, c’est qu’un bon petit excité aux dents longues au pouvoir dans un an leur sera bien mérité. En tout cas avec des attitudes aussi irresponsables et immatures que celle-là, c’est ce que je vois venir gros comme une maison.

Voilà pourquoi certains matins comme celui-ci, l’envie me vient de plus en plus pressante d’annihiler ma sensibilité ainsi que mon esprit de synthèse des évènements à effets globaux (on appelle ça une conscience politique) à grands coups d'alcool dans la tête. A ce niveau là, j’ai plus envie de défendre un pays qui se suicide à chaque période estivale. J’ai juste envie de déconnecter et de laisser le tout se casser la gueule jusqu’à ce qu’un peu d’action se fasse, qu’on puisse réellement casser du système…

Allez, ciao et « Bon Bisoux d’Argelès-sur-Mer » !

jeudi 22 juin 2006

Labouata is watching you



Allons bon, peut-être que d'ici un siècle, vous aurez droit à une nenette entière...

dimanche 18 juin 2006

"Amis du Tonus..."

Cassez vous, je suis trop crevé...

samedi 17 juin 2006

Un peu de paroles dans un monde de brutes

J'ai une nouvelle amoureuse, Edith Piaf. Certains trouvent ses trémolos pénibles, moi j'adore les textes qu'elle chante. L'exemple est un classique:

La Foule
Paroles de Michel Rivgauche

Je revois la ville en fête et en délire
Suffoquant sous le soleil et sous la joie
Et j'entends dans la musique les cris, les rires
Qui éclatent et rebondissent autour de moi
Et perdue parmi ces gens qui me bousculent
Étourdie, désemparée, je reste là
Quand soudain, je me retourne, il se recule,
Et la foule vient me jeter entre ses bras...

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Écrasés l'un contre l'autre
Nous ne formons qu'un seul corps
Et le flot sans effort
Nous pousse, enchaînés l'un et l'autre
Et nous laisse tous deux
Épanouis, enivrés et heureux.

Entraînés par la foule qui s'élance
Et qui danse
Une folle farandole
Nos deux mains restent soudées
Et parfois soulevés
Nos deux corps enlacés s'envolent
Et retombent tous deux
Épanouis, enivrés et heureux...

Et la joie éclaboussée par son sourire
Me transperce et rejaillit au fond de moi
Mais soudain je pousse un cri parmi les rires
Quand la foule vient l'arracher d'entre mes bras...

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Nous éloigne l'un de l'autre
Je lutte et je me débats
Mais le son de sa voix
S'étouffe dans les rires des autres
Et je crie de douleur, de fureur et de rage
Et je pleure...

Entraînée par la foule qui s'élance
Et qui danse
Une folle farandole
Je suis emportée au loin
Et je crispe mes poings, maudissant la foule qui me vole
L'homme qu'elle m'avait donné
Et que je n'ai jamais retrouvé...

Edith Piaf

Dans ta bouille!



Et mise à jour des liens avec un blog d'une amie qui écrit très très bien, genre c'est une vraie auteur et que faut qu'on la lise parceque. Deflagrations d'Ego et n'hésitez pas à poser des comments...

samedi 3 juin 2006

Drapeau de l'Esap


En preview, voici une oeuvre que vous pourrez voir flotter sur l'Esap d'ici quelques jours...
Le forum de l'Ecole




ps: Wolvi nous a posé un lapin mais l a décalé son rendez-vous

Related Posts with Thumbnails